Témoignage : un an après le lancement du nouveau magazine Shi-Zen

Chers lecteurs,

Il y a un an, un nouveau magazine féminin, avec une ligne éditoriale 100% éthique est né : Shi-zen.

Pour mieux comprendre les coulisses de cette aventure humaine, venez faire un petit tour avec Carol Galand, qui est à l'origine de ce beau projet et qui retrace ici les grands moments de cette première année d'existence de Shi-Zen.

Merci beaucoup à Florence pour toute son aide pour la publication témoignage et pour les photos sur le vif de l'équipe de Shi-Zen au travail!

1 ) Shi-zen vient de fêter ses "un an", quel effet cela vous fait ?
C'est un rêve qui devient réalité, et ça fait donc très plaisir ! Rentrer dans le monde de la presse, quand on veut créer un magazine indépendant et avant-gardiste, mensuel de surcroît, ce n'est pas une mince affaire...

Mais, si Shi-zen est là aujourd'hui, c'est grâce aux lecteurs qui nous ont fait confiance depuis le début, et à ceux qui ont décidé de s'abonner tout au long de l'année. C'est aussi grâce à toutes les personnes qui se sont investies dans cette aventure et qui travaillent d'arrache-pied tous les jours.
J'ai donc surtout envie de dire un grand merci à tous ceux qui ont rendu possible ce beau projet collectif !

2 ) Au cours des derniers mois, quels ont été les événements importants pour l'équipe de shi-zen ?
Chaque nouveau numéro qui sort est un événement au sein de l'équipe. Le jour où les cartons arrivent, l'excitation est palpable ! Ces derniers mois, il y a aussi eu l'ouverture de capital : nous étions arrivés à un stade où nous ne pouvions plus répondre à la demande, où le nombre d'exemplaires ne suffisait plus.
Nous avons donc proposé à des lecteurs et des amis d'entrer dans le capital pour pouvoir passer à la vitesse supérieure, et là encore, nous avons été agréablement surpris par l'engouement autour du magazine.
Un certain nombre de personnes nous ont apporté leur soutien, et ont donné une nouvelle dynamique à Shi-zen. En 2011, le tirage du magazine va augmenter significativement, de même que le nombre de points de vente...


3 ) Quels conseils donneriez-vous avec un an de recul à quelqu'un qui souhaite lancer un nouveau magazine ?
Un an, c'est un peu jeune pour donner des conseils ! Mais il faut déjà savoir que c'est énormément de boulot, évidemment. Il faut donc être prêt à s'investir totalement.
Ensuite, c'est un projet qui ne peut se réaliser seul. Il faut donc être entouré de personnes qui croient totalement au magazine, et qui sont prêt également à s'investir totalement.









Finalement, il faut avoir un positionnement clair et nouveau : nous avons créé Shi-zen parce que nous étions persuadés que la presse féminine n'offrait pas aux lectrices un contenu adapté à leurs envies, à leurs préoccupations.

Le magazine fonctionne parce qu'il propose effectivement un contenu radicalement différent de ce qu'on trouve aujourd'hui dans la presse féminine traditionnelle.


4 ) Y-a-t-il des rencontres ou des collaborations qui vous ont particulièrement fait plaisir ?
Toute la richesse de Shi-zen est dans les rencontres et les collaborations. La première à laquelle je pense, c'est évidemment la première discussion que j'ai eu avec Juliette Pic, qui était à l'époque une amie journaliste et qui est depuis devenue la rédactrice en chef adjointe du magazine. Je lui ai dit que j'avais une idée de mag, que ça me démangeait, et elle m'a suivi tout de suite. Tout au long de cette année, elle a été un pilier.

Après Juliette, il y a eu les 4 autres associés, qui se sont lancés corps et âme dans le projet. Et puis il y a eu des dizaines et des dizaines de rencontres incroyables autour de Shi-zen. En vrac, je pourrais parler de cette discussion avec une jeune institutrice pleine d'étoiles dans les yeux et de voyages dans les chaussures, Marine, qui a écrit de sublimes pages Voyages dans Shi-zen.
Ou bien de cette jeune femme qui, spontanément, m'a envoyé un billet d'humeur au moment où elle a entendu parler du mag. C'était Gaëlle, qui est devenue l'éditorialiste en titre. Ou encore de cette thésarde qui m'a fait parvenir, sans autre forme de procès, une interview d'une Irlandaise qui fabriquait ses cosmétiques maison. Julie est aujourd'hui chef de la rubrique Actus.
Je pourrais parler de Flo la photographe, de Marion la styliste, de Philippe l'illustrateur...

Dans l'équipe à géométrie variable de Shi-zen, il n'y a que des personnes généreuses, positives, enthousiastes, motivées... Un vrai bonheur au quotidien !

Et c'est sans compter les collaborations ponctuelles. Je garde par exemple un souvenir inoubliable de ma rencontre avec Claire Boucl, pétaliste de profession, qui a signé la couverture du numéro d'été. Une personne pétillante, totalement incroyable...

Shi-zen est très clairement une histoire de rencontres, de synergies, c'est une aventure collective, et c'est ça qui est beau...

5 ) Qui sont les lecteurs de Shi-zen aujourd'hui ?
Les lecteurs de Shi-zen, aujourd'hui, ce sont des femmes (mais aussi des hommes, si si) qui en ont par-dessus la tête des clichés qu'on leur sert dans la presse féminine traditionnelle.

Des femmes qui ont un vrai ras-le-bol de l'image peu positive qu'on leur prête, qui en ont marre des ados de 14 ans qui font la gueule dans des vêtements à 2000 euros qu'elles ne pourront jamais se payer, marre de ces pubs complètement vaines pour des crèmes qui font maigrir et bronzer en même temps, marre de cette presse ultra-consumériste pour qui boire du champagne dans un spa sur les îles Seychelles est le summum du bonheur.

Les lecteurs de Shi-zen ont envie de s'informer, de lire des articles écrits par des journalistes libres de leur parole, qui ne sont pas censurés par des annonceurs peu scrupuleux. Ils ont envie de découvrir des initiatives positives, menées par des anonymes et non pas des stars en promo pour leur dernier film. Ils ont envie de s'impliquer dans le développement durable à leur échelle, de découvrir la mode éthique, de mieux consommer...


6 ) Avez-vous des projets sympathiques qui mijotent dans la marmite que vous souhaitez partager avec nous aujourd'hui ?
En 2011, nous vous avons préparé des numéros tous plus incroyables les uns que les autres. On nous a proposé des sujets enthousiasmants, il y a vraiment de quoi faire ! Mais chut...

Et puis il y a bien quelques événements shizéniques en vue, mais ne vous inquiétez pas, nous vous informerons en temps voulu.



7 ) Un message pour ceux qui liront cette interview ?
A ceux qui lisent ceci et qui sont déjà lecteurs de Shi-zen, un grand merci pour votre confiance !
Et à ceux qui découvrent le magazine en même temps que ces lignes, sachez que sans le savoir, vous faites désormais partie de l'aventure : Shi-zen n'appartient pas à un grand groupe et ne peut pas faire de campagne de pub à grande échelle dans le métro parisien et les quotidiens nationaux.

Son meilleur moyen de communiquer, c'est le bon vieux bouche-à-oreille, simple mais efficace. Alors si la lecture de ce magazine pas comme les autres vous inspire, faites-connaître Shi-zen autour de vous ! Thanks ;)
Carol,
Merci beaucoup pour ce témoignage et longue vie à Shi-zen et son équipe motivée !


Retrouvez Shi-zen ici :
http://www.shizen-lemag.fr/
http://www.shizen-lemag.fr/blog/
http://www.facebook.com/shizenlemag

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire qui donne vie et inspiration à ce blog.

Bonne journée et à bientôt pour de nouvelles aventures !