Interview : Sur le chemin de l'écriture avec Marie Kléber

Bonjour chers lecteurs,

Aimez-vous écrire ? Avez-vous déjà écrit des textes pour le plaisir ? Aimeriez-vous publier un livre un jour ?

Aujourd'hui je vous invite à rencontrer Marie Kléber (que vous avez sûrement déjà croisée ici !) qui nous raconte comment l'écriture est entrée dans vie et la place qu'elle y tient. Bonne découverte !

Bonjour Marie, comment l'écriture est entrée dans ta vie ? Te rappelles-tu des premiers textes que tu as écris ?

Bonjour Stéphanie, l’écriture est arrivée un peu par hasard dans ma vie. J’ai le souvenir de quelques textes écrits pendant l’adolescence. Puis une fois dans la vie active, j’ai repris la plume, avec l’envie de partager sur la vie des gens. Le beau, le moins beau, le drôle, l’abject, la fantaisie, la réalité. Je me souviens d’un texte en particulier qui parlait du métro et de ma fascination pour ce moyen de transport, au cœur duquel tant de vies au quotidien se croisent.

Penses-tu que l'écriture peut contribuer au bien-être de celui/celle qui prend la plume ? Pour toi quelles sont les vertus de l'écriture ?

Quand je pense à l’écrivain, j’y vois une sorte de médecin de l’âme. Pour moi, l’écriture est un partage autant qu’un moyen d’exorciser mes maux les plus profonds. Quand j’écris, je me propulse dans un autre univers, je prends davantage la mesure des choses, de ce que je vis, de mes émotions. Dès lors, je peux lâcher prise. Il n’y a que moi, ma plume et le papier, je ne risque donc rien. Tout devient possible.

A partir de quel moment t'es-tu définie comme écrivain ? Etait-ce une envie que tu avais en toi depuis longtemps ?



Je crois que j’en ai pris conscience suite à la lecture d’un article. Cette idée d’être écrivain est en moi depuis plusieurs années. Mais auparavant, je pensais qu’il me fallait faire mes preuves avant de m’autoproclamer écrivain.
A la sortie de mon premier recueil et au regard des messages reçus, vibrants d’enthousiasme et de félicitations, je me suis dit que j’avais toute ma place dans cet univers.
Aujourd’hui je considère que toute personne qui écrit pour partager, faire réfléchir, offrir, est un écrivain.

Tu viens de publier "ils avaient un prénom", un recueil de poèmes à la mémoire des victimes de l'attentat du 13 novembre. Comment est né ce projet ? Peux-tu nous raconter ton cheminement ? 

Le soir du 13 novembre j’étais comme beaucoup de personnes les yeux rivés sur mon écran. Visionnant l’insoutenable, en plein cœur de Paris, ma ville.
Le lundi matin, comme la majorité des Français, j’ai repris le chemin du travail, non sans une certaine angoisse. Dans les transports en commun, le silence était de mise, comme un hommage silencieux à toutes ces vies brisées.
Au bureau, j’ai dû faire face à différentes réactions, dont certaines m’ont profondément choquée.

A partir de là, j’ai ressenti le besoin de sortir ce que j’avais en moi, ce que je ressentais, de comprendre pourquoi tant de haine. Et de montrer aussi la solidarité, de proposer des pistes de réflexions pour cet autre monde dont nous parlons souvent, dont nous rêvons tous entre les quatre murs de nos vies bien rangées.
J’ai eu envie d’aller plus loin encore, d’évoquer le pire, ce cataclysme sans précédent, notre liberté attaquée, l’embrigadement des jeunes et tous ces visages croisés, à peine regardés, que nous laissons dériver.
Au fil des semaines, les victimes, qui n’étaient que des chiffres, sont devenus des noms puis des visages. Ce n’étaient plus des inconnus. Mais des amis partis trop tôt, qui ne faisaient que ce que nous faisons tous les jours, sans y penser « Vivre ».


Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui souhaite écrire, qui a cette envie de partager par la plume quelque chose avec des lecteurs ?

Le premier conseil serait d’écrire avec ses tripes, sans chercher un copier un modèle ou à plaire. Ecrire pour se faire plaisir avant tout. Ecrire, même quelques mots par jour, sans trame, sans objectif à atteindre. Ecrire et lâcher prise.


Le deuxième conseil serait de se faire confiance, de croire en ses mots, en leur pouvoir inspirant.

Le troisième, d’oser. Oser s’ouvrir à l’autre, à son jugement, à sa critique. Oser se livrer.


Peux-tu nous parler de ton recueil de nouvelles ? 

J’ai organisé ce recueil en sections.

La première évoque cette nuit douloureuse, qui nous a volé une part de notre innocence, de notre insouciance. Mais à l’issue de laquelle des messages du monde entier nous ont aidés à faire face, à nous relever.
La seconde parle du deuil, de nos enfants, de ce monde que nous ne comprenons plus.
La  troisième s’intéresse aux visages du monde entier.
La quatrième s’attarde sur la folie humaine.
La cinquième touche à l’espoir – Idéalistes de tous pays, unissons-nous !
Le recueil s’achève sur un poème en hommage aux victimes.

Et maintenant "l'ECRIRE" test à compléter comme tu le souhaites !

E comme...Espérance
C comme...Croire
R comme...Respirer
I comme...Inspiration
R comme...Rêves
E comme...Energie

As-tu envie d'ajouter autre chose ?

Mille merci Stéphanie pour m’avoir permis de parler de mon travail ici et de ce recueil sur lequel je travaille énormément depuis plus de six mois. Merci pour ton soutien.
Je souhaitais ajouter une chose – tous les bénéfices de la vente de mes livres seront reversés à l’Association Imad Ibn Ziaten, pour la Jeunesse et la Paix, qui œuvre auprès des enfants et des jeunes adultes, dans les écoles, en milieu carcéral pour le vivre ensemble, la prévention des dérives sectaires, le dialogue inter-religieux et la promotion de la laïcité.

MERCI !

Pour en savoir plus : 

Le blog de Marie : https://latmospherique.wordpress.com

Ils avaient un prénom, au profit de L'association Imad Ibn Ziaten : http://www.thebookedition.com/fr/ils-avaient-un-prenom-p-341364.html 

L'essence de l'être : http://www.thebookedition.com/fr/l-essence-de-l-etre-p-132479.html

*******
Ma chère Marie,

Merci beaucoup de nous avoir ouvert les coulisses de ta vie d'écrivain.

Je te souhaite que ta plume bienveillante et authentique t'apporte de nombreuses joies et qu'elle touche de plus en plus de lecteurs !

5 commentaires :

  1. Super ce témoignage ! Et merci Stéphanie pour cet interview...ça me parle, et tu sais pourquoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Soazig et bonne continuation dans tes projets...
      Si tu as des questions, n'hésite pas!

      Supprimer
  2. Coucou Soazig !
    ça fait plaisir de te voir par ici :)
    Merci pour ton message !
    Oui je vois bien pourquoi le témoignage de Marie te parle :) !!!
    Je t'embrasse bien fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Una Idea, merci de m'avoir ouvert les portes de ton blog pour parler de l'écriture dans ma vie. Et heureuse que mes mots puissent inspirer et guider.

      Supprimer
    2. Avec plaisir Marie ! Merci à toi :)

      Supprimer

Merci pour votre commentaire qui donne vie et inspiration à ce blog.

Bonne journée et à bientôt pour de nouvelles aventures !