Interview : Michèle Samoyau créatrice des dominos pour tous : Un jeu pour faire jouer ensemble et à égalité voyants, malvoyants et non voyants

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

A quoi avez-vous joué récemment ? Auriez-vous aimé inventer un jeu ? 
Aujourd'hui je vous invite à rencontrer Michèle Samoyau inventrice du jeu Dominos pour tous, un jeu pour faire jouer ensemble et à égalité voyants, malvoyants et non voyants.
Bonne découverte !

Bonjour Michèle, et si nous faisions connaissance ? Quelques mots pour vous présenter ?
Je suis Michèle fondatrice de Utile pour Vous "les dominos pour tous"
Je suis retraitée, j'ai 66 ans.

Vous avez inventé un jeu de dominos qui ouvre de nouveaux horizons de jeux : Les dominos pour Tous. Racontez-nous !
En 2011 l'année où je me suis retrouvée à la retraite, j'ai eu l'envie de crée un jeu.
Pourquoi ? J'aime les jeux de société et les jeux sur ordinateur. Après de nombreuses recherches,
j'ai décidé de fabriquer un jeu de dominos, mais ce jeu devait être innovant. J'ai fait un premier prototype, puis un deuxième et enfin un troisième qui est devenu les dominos pour tous. 

Comment avez-vous eu l'idée d'inventer ce jeu ?
Suite à mes recherches en 2011, je me suis aperçue qu'il y avait peu de jeux en braille et l'idée était née. Un jeu de dominos en braille, avec de gros chiffres en relief et des magnets.

En quoi est-ce un projet qui vous tient à cœur ?
Ce projet me tient à cœur car j'aime partager, se réunir pour pouvoir jouer tous ensemble autour d'une table.
Vous rappelez-vous la première fois que des joueurs ont utilisé votre jeu les Dominos pour Tous ?

Comment mobiliser les énergies autour d'un projet ? Rencontre avec Philippe Masson, auteur de 3-2-1 Leaders - Mobilisez vos équipes en mode projet

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Comment faire pour réunir les personnes clés et les engager sur la durée quand on doit mener un projet à fort enjeu ?

C'est la question sur laquelle Philippe Masson va nous offrir des pistes concrètes pour passer l'action et faire de nos projets des occasions de grandir et faire grandir...
Bonne découverte !


Bonjour Philippe, quelques mots pour parler de toi et te présenter aux lecteurs ?

J’ai 3/4 de siècle et une cinquantaine d’années d’expérience. De l’INSEE à MyDev en passant par McKinsey et Capgemini, j’ai toujours vécu en mode projet parce que j’ai besoin de cette adrénaline. Les deux livres que j’ai écrits en ont été le summum. On me reconnaît souvent un mix intéressant de curiosité et d’esprit de synthèse, et encore plus de la persévérance – d’aucun diraient de l’obstination. Cela a peut-être contribué à la longévité exceptionnelle de mon mariage et à l’unité de notre tribu familiale.


Tu viens de publier le livre " 3-2-1 leaders ! Mobilisez vos équipes en mode projet". Raconte-nous, à qui est destiné ce livre ? Que va-t-on y apprendre ?

Mon livre est destiné à un public aussi divers que les témoins qui y ont contribué: des entrepreneurs, des managers de tous niveaux et de tous secteurs d'activité, des spécialistes des RH et de la formation, des jeunes et des retraites, et, je l'espère, pas seulement des francophones.

On y trouvera quelques recettes de manager humaniste pour donner du sens à l'engagement de ses équipiers, pour leur donner de l'autonomie, et pour les faire progresser.


15 contributeurs ont partagé leurs expériences entrepreneuriales dans 3-2-1 Leaders. Qu'est-ce qui t'as marqué à travers leurs témoignages et leurs parcours ?

Montez le son ! I was made for loving you et Soo Good Today

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Comment allez-vous ce matin ?

De mon côté je ne suis pas encore très bien réveillée. Il est temps d'appliquer ma recette énergie du matin préférée :  Musique, bloguer et Ricoré !

Alors préparez-vous à monter le son avec ce morceau de kiss : I was made for loving you !



Et voici un morceau plus tranquille mais tout aussi efficace pour se rebooster :

Interview : Cyril Rheims nous présente le jeu d'assemblage Clip it, une idée géniale qui donne une nouvelle vie à vos bouchons !

2 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

J'adore les inventions et les idées nouvelles, surtout quand une petite chose peut générer de grands effets positifs. C'est pourquoi quand j'ai découvert le jeu Clip it, j'ai été emballée !
Aujourd'hui je vous invite avec grand plaisir à rencontrer Cyril Rheims qui va vous raconter comment une petite pince en plastique peut générer un cercle vertueux auprès de tous ceux qui la créent et l'utilisent.
Bonne découverte !

Bonjour Cyril, alors pour commencer un petit mot pour te présenter aux lecteurs ?
Eh bien je suis donc Cyril 43 ans, 1,63m au garrot et 74 kilos : )
Je suis architecte de formation, j'optimise les petits appartements parisiens et depuis peu je développe Clip it au sein de la société Waste is more que j'ai fondée avec mon associé Mathieu (lui aussi architecte) il y a maintenant 1 an.

Matthieu Collos et Cyril Rheims
Tu as inventé avec Matthieu Collos le jeu "Clip it". Peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?
Clip it est  un jeu d’assemblage créatif, éducatif et durable, 90% surcyclé.
90% du jeu est composé de bouchons plastique d'usage courant déjà dans les foyers (lait, soda, eau...).
Nous fournissons la "clé" d'assemblage: des petits clips en plastique recyclé permettent d'assembler les bouchons de toutes tailles entre eux, de créer, et d'apprendre en s'amusant.
Plus qu’un jeu c’est un véritable outil ludo-pédagogique.


Comment a débuté l'aventure Clip it ?
Nous participions à un concours de design organisé par la commission européenne au développement durable sur le Thème de "l'Upcycling".

L’upcycling c'est l'action de revaloriser un objet voué à être jeté simplement par son changement d'usage. Contrairement au recyclage il n'y a pas de dépense énergétique liée à la transformation de la matière...puisqu'il n'y a pas de transformation.

Nous étions à la maison en train de brainstormer sur ce concours quand Maya, ma fille alors âgée de 5 ans jouait à même le sol avec des bouchons. Elle faisait de motifs. Elle nous a appelés pour que l'on vienne voir son œuvre mais le temps que nous arrivions elle avait mis les pieds dedans.