Livre : Sagesses d'ailleurs pour vivre aujourd'hui de Frederika Van Ingen

2 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

Saviez-vous que chez les Maasaï quand on annonce une mauvaise nouvelle, elle est toujours encadrée par deux bonnes nouvelles ?

Aujourd'hui je vous présente un livre qui m'a beaucoup intéressée : "Sagesses d'ailleurs pour vivre aujourd'hui" de Frederika Van Ingen.

Comment les Navajos, Maasaï, Kogis, Pueblos, Apaches, Tsaatans de Mongolie... perçoivent-ils le monde, la nature, le sens de la vie, la place de l'homme?

L'auteur a rencontré 11 hommes et femmes qui ont vécu avec ces peuples racines et qui à travers leur témoignage nous font découvrir leur expérience et ce qu'ils ont appréhendé de ces cultures millénaires et différentes de la leur.

J'ai aimé à la fois découvrir le parcours personnel de ces 11 "passeurs" et en apprendre plus sur chacun de ces peuples. A la fin de chaque témoignage, on retrouve un résumé des points clés à retenir.

Je retiens combien ces peuples sont connectés à la nature et l'univers et à eux-même d'une manière beaucoup plus forte et ritualisée que nous. Le visible et l'invisible ne sont pas 2 mondes séparés.

J'ai aussi découvert la place du groupe pour venir en aide à ceux qui ne vont pas bien. Si l'un des membres de la tribu ne va pas bien, c'est le signe d'un déséquilibre au sein de la communauté.

Un voyage culturel, spirituel et émotionnel pour ceux qui ont envie d'embarquer vers des terres à la fois lointaines et si proches car au fond nous sommes tous reliés... bien plus que nous le pensons ou ressentons parfois.

Citation du jour

2 commentaires :

Horizon : Ne confonds pas les limites du monde avec celles de ton regard

Source photo : ici

Pierre Doré, Si j'étais Dieu j'essaierais de me recycler, p.69

Et si nos émotions devenaient visibles sur un autre support que notre corps ? Découvrez le travail de l'artiste Lisa Park

2 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

Je viens de découvrir ce matin le travail très intéressant de l'artiste Lisa Park qui a mis au point un dispositif permettant à ses ondes cérébrales d'influencer des bassins d'eau.

"L'artiste sud-coréenne Lisa Park a inventé une nouvelle forme d'art intéressante. Son travail nommé Eunoia, qui signifie «Beautiful Thinking», utilise 48 bassins d'eau, inspirés par les 48 émotions, qui réagissent aux ondes cérébrales émotionnelles transmises par son corps et lues par les capteurs.


Reliée à un capteur de détection des ondes cérébrales EEG qui détecte les ondes cérébrales qu'elle émet en temps réel, puis les diffuse en tant que son, elle crée des mouvements ondulants dans les différents bassins résultant de son art unique. De cette façon, elle fait une représentation audiovisuelle d'elle-même et de son état émotionnel."

Lisa Park a également imaginé une installation utilisant les battements de cœur de différentes personnes et les contacts entre eux pour créer une musique...

Jonathan Livingston le goéland : des phrases à méditer pour prendre son envol...

4 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

Comment allez-vous en ce jeudi matin ? De mon côté, je n'ai pas très bien dormi cette nuit et quand je me regarde dans le miroir, on le voit !

Bon revenons à nos moutons... ou plutôt à nos goélands ! Connaissez-vous le livre "Jonathan Livingstone le goéland de Richard Bach?". Ce livre a été publié en 1973 et a connu un grand succès. Ma fille est en train de le lire pour l'école et je le découvre avec elle.

Voici l'histoire : Jonathan Livingston n'est pas un goéland comme les autres. Sa passion, c'est de voler toujours plus vite, toujours plus haut. Ses parents l'incitent à se comporter comme tout bon goéland qui vole uniquement pour se nourrir. Mais après de douloureux efforts, Jonathan parvient à dépasser ses limites.
Chassé du clan, condamné à une vie de hors-la-loi, il poursuit alors solitaire son entraînement jusqu'au jour où il rencontre d'autres adeptes du vol libre...


Quelques phrases m'ont marquée et je les partage avec vous même si hors contexte ces mots vous sembleront peut-être un peu mystérieux:

"Le paradis n'est pas un espace et ce n'est pas non plus une durée dans le temps. 
Le paradis c'est simplement d'être soi-même parfait (p.61 )"


"- Pour voler à la vitesse de la pensée vers tout lieu existant, dit-il, il te faut être convaincu que tu es déjà arrivé à destination...

Selon Chiang, la bonne méthode pour Jonathan consistait à cesser de se considérer lui-même comme pris au piège d'un corps limité par les trois dimensions, ayant une envergure d'un mètre sept centimètres et dont les déplacements pouvaient être tracés sur un planisphère.