Avez-vous déjà tenté un défi ?

Aucun commentaire :
Nils Udo
Bonjour chers lecteurs,

Il y a quelques semaines, Sabine Cointe nous présentait son livre 9 étapes pour oser le bonheur.

Si ce thème vous tient à cœur, tentez l'expérience du "défi bonheur" conçu par Sabine et qui vient de démarrer récemment !

En écrivant, cela me fait penser à 2 autres défis  : 

Après les 1001 Nuits, les 1001 Tris !

6 commentaires :
Source photo : ici
Chers lecteurs,

Attention, le sujet de cet article est le tri et ses vertus...
Il est encore temps de cliquer plus vite que votre ombre pour vous échapper vers un sujet plus intéressant, je ne vous en voudrai pas !

Après la procrastination, je vous présente aujourd'hui un nouveau concept, la procras-TRI-nation. C'est pire que la procrastination.... En fait, c'est remettre à plus tard le tri que l'on vient de commencer !

Citation du jour

2 commentaires :

"Life is a flow of love, 
only your participation is requested"


"La vie est un flux d'amour, 
seule votre participation est demandée"


Bonjour chers lecteurs, 

Voici une citation que j'ai trouvée par hasard hier sur mon sachet de thé ! 

Music for you !

4 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

J'espère que vous êtes en forme et que vous avez passé une bonne semaine.

Voici un peu de musique pour bien commencer le week-end !




Toute ma jeunesse ah ah ! 

Philippe Hayat nous présente son roman "Momo des Halles"

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

J'espère que votre semaine commence bien. 
Aujourd'hui Philippe Hayat, que vous avez peut-être déjà découvert ici en tant qu'entrepreneur, va nous parler de son premier roman, "Momo des Halles". Bonne découverte !

Bonjour Philippe, votre premier roman « Momo des Halles » vient de sortir. Quelle histoire les futurs lecteurs vont-ils découvrir ?

Momo est un enfant de 14 ans, livré à lui-même dans le Paris hostile de l’Occupation suite à la rafle de ses parents. Il a sa petite sœur Marie à charge et doit trouver les moyens de survivre parmi les trafiquants et les prostituées. Comment peut-il s’en sortir quand tout le condamne ?


Aviez-vous envie d’écrire ce livre depuis longtemps ?

J’ai toujours écrit… Des essais, des manuels de cours, des poèmes… Il y a quelques années, j’ai eu envie de raconter cette histoire. J’ai dû alors partager mon temps entre le monde des affaires (je suis entrepreneur) et l’écriture. Car écrire un roman implique un travail quotidien, suivi, rythmé. Depuis deux ou trois ans, j’ai trouvé la bonne cadence, même si je dois pour cela me lever très tôt…

Qu’est-ce qui vous a fait plaisir lors de l’écriture de ce roman ?

Ma plus grande satisfaction est de sentir les personnages prendre corps. Au fil de l’écriture, ils se densifient, se forgent leur caractère, puis ils m’échappent.

Faîtes réparer vos appareils électriques (gratuitement !) samedi 5 avril - Grande arche de La Défense

2 commentaires :
Bonjour chers lecteurs,

Voici une initiative sympathique 
Pour ceux qui paniquent 
Avec leurs appareils électroniques
Et qui cherchent une solution pratique  !

Désolée, l'appel de la rime a été plus fort que moi !

Si vous habitez près de la Défense (92) et que vous avez des appareils électriques à faire réparer ou à donner, faites un petit tour au Repair café qui aura lieu demain de 14h à 18h Grande Arche de la Défense.

Pour plus en savoir plus, c'est par ici :
https://www.facebook.com/events/556352667805369/

Au fait, avez-vous déjà participé à une initiative de ce type ?

Sur ces bonnes paroles, je vous souhaite un très bon week-end, fantast-ique ! (Allez promis, j'arrête les rimes !)

PS : merci à mon amie kikiou qui m'a parlé de cette info pour le blog et que je salue au passage !


La démarche positive de l'association "Soigner en beauté" : Rencontre avec Renata Villard

4 commentaires :
 Bonjour chers lecteurs,

Avez-vous déjà pensé que la beauté pouvait être utilisée comme une arme pour mieux lutter face à la maladie ?

Je vous invite aujourd'hui à rencontrer  Renata Villard, maquilleuse professionnelle qui a eu l'idée de fonder l'association "Soigner en beauté"Elle nous présente sa démarche positive aux effets secondaires 100% bénéfiques !

Bonne découverte !


Bonjour Renata, quelques mots pour vous présenter ?
Je suis conseillère en image, maquilleuse engagée, et fondatrice de l’association «Soigner en Beauté», qui vient en aide aux femmes qui veulent lutter contre les effets de la chimiothérapie. 

Comment avez-vous eu l'idée de fonder l'association Soigner en beauté ? Quelle est la vocation de l'association ?
Dans le cadre d'une commande, j’ai eu l’occasion de maquiller une mère atteinte d'un cancer pour une photo de famille. Je lui ai redessiné les sourcils, les cils. Cette femme était éclatante de beauté et tout le monde en est sorti très ému. Un déclic, j’ai compris que ce qui était facile pour moi pouvait soulager la douleur de l'autre.

En 2007, je crée l'association « Soigner en Beauté » pour venir en aide aux femmes qui souffrent des effets de la chimiothérapie : chute des cheveux, des cils et des sourcils. Lorsque la maladie survient, la conviction de la beauté devient alors une forme de lutte, un combat pour la vie. Pour retrouver le frémissement de la féminité.

Pour l’association, le maquillage reste notre spécialité, mais nous allons plus loin, en proposant de nombreux conseils en image. Nous partageons notre savoir faire pour aider à se sentir à nouveau belle, quelques conseils pour se maquiller et gommer les effets de la maladie et des traitements. Mais nous aidons également les femmes dans le choix des couleurs qui les valorisent, aussi bien pour le maquillage que pour les vêtements et accessoires, et nous les conseillons dans le choix des perruques et des coiffures qui les rendent plus naturelles.


Qu'est-ce qui vous motive à poursuivre dans cette voie ?
Le sourire de ces femmes ! 

Découvrez la philosophie pratique d'Itsuo Tsuda : Rencontre avec Régis Soavi

1 commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

Une rencontre en amène une autre. Il y a quelques semaines, lors de la présentation du livre "Médecines d'ailleurs", j'ai fait la connaissance de Manon qui m'a parlé d'Itsuo Tsuda. 

Aujourd'hui, je vous invite à rencontrer Régis Soavi, conseiller technique de l'école Itsuo Tsuda qui a eu la gentillesse de répondre à quelques questions. Bonne découverte !

Bonjour Régis Soavi, 2014 est l’année du centenaire d’Itsuo Tsuda. Pouvez-nous nous présenter l’homme Itsuo Tsuda ? 

Animé par le désir de partager ses recherches sur le Ki, le japonais Itsuo Tsuda crée un pont entre l'Orient et l'Occident et nous fait découvrir sa philosophie du Non-faire dans son enseignement et ses livres écrits en français. 

Ce fut un homme au parcours atypique qui se révolta dans sa jeunesse contre la volonté de son père qui le destinait à devenir l'héritier de sa fortune, refusant ainsi de suivre les voies toutes tracées pour lui. 

À vingt ans il quitta le Japon pour partir à la recherche de la liberté de pensée. Itsuo Tsuda découvre alors la France des années trente, on imagine bien le choc des cultures... Il fit ses études auprès de chercheurs renommés tels que Marcel Granet et Marcel Mauss et rentra au Japon en 1940 riche de leurs enseignements. 

Il se mit alors à approfondir ses connaissances en matière d'arts traditionnels japonais et devint notamment disciple des maîtres Noguchi (fondateur du seïtaï et du katsugen undo) et Ueshiba (fondateur de l'aïkido).

Se lançant dans une aventure qu'il qualifia lui-même « sans garantie ni promesse » il revient en France en 1970 pour propager le katsugen undo (c’est lui qui l'introduisit en Europe) et ses idées sur le « ki ».

Quelles sont les grandes lignes de son approche ?
Itsuo Tsuda nous propose une philosophie pratique, c'est à dire la possibilité de rendre concrets des concepts philosophiques dans notre vie de tous les jours.

À travers le mouvement régénérateur (terme qu'il choisit pour traduire « katsugen undo »), le seïtaï et l’aïkido, chacun peut réveiller sa sensibilité, retrouver la liberté intérieure et redécouvrir son autonomie.

Dans la philosophie du Ki il est question de l'individu dans sa globalité, sans faire de distinction entre le mental et le physique ; la pensée, l'action, l'individu et son environnement ne font qu'un dans cette approche de l'être humain.

Régis Soavi, vous êtes le conseiller technique de l'École Itsuo Tsuda, comment avez-vous rencontré Itsuo Tsuda ? Quelle influence a-t-il eu dans votre vie ?
Ma rencontre avec Itsuo Tsuda en 1973 fut décisive pour ma vie et a orienté mon parcours professionnel. J'étais alors en train de me former en tant que professionnel dans les fédérations d’aïkido. 

C'est par l'intermédiaire d'un de mes enseignants de l'époque que j'ai pu découvrir cet homme qui m'impressionna par sa simplicité déconcertante et par la profondeur et la richesse intérieure qui émanaient de lui. 

Son aïkido me laissait perplexe : comment était-ce possible qu'aucune de mes attaques – pourtant portées de manière bien décidée par le jeune aïkidoka que j'étais – n'atteignait sa cible ? Tsuda y répondait en s'écartant, avec des petits gestes de rien du tout, il me « désarmait » rien que par sa présence qui faisait disparaître en moi toute velléité d'attaque. C'était à la fois agaçant et intriguant...