Interview : Jean-Claude Morera, poète...

2 commentaires :
Chers lecteurs,

Aujourd'hui je vous propose un voyage dans l'univers de la poésie avec pour généreux guide Jean-Claude Morera...

Bonne découverte !





Bonjour Jean-Claude, voulez-vous vous présenter en quelques mots pour nos lecteurs ?
Je suis marié, j’ai 67 ans, trois grands enfants, deux petites-filles, deux chats et deux poissons rouges. J’ai eu jusqu’à présent dans la Région parisienne une vie assez typique de baby boomer. Dans l’ordre : éducation, religion, abjuration, révolution, introspection, reconversions, inspiration, méditation… et ce n’est pas fini.

Comment vous avez découvert la poésie ?
J’aime depuis toujours le travail sur la langue et l’écriture. La bibliothèque de mon père recelait beaucoup d’ouvrages de poésie que d’ailleurs je ne comprenais pas (en catalan et espagnol) mais qui me fascinaient. A 20 ans, j’ai entendu le grand comédien Vicky Messica dire « La prose du transsibérien… » de Blaise Cendrars et j’ai su que je pouvais écrire de la poésie.
C’est ainsi que j’ai produit mes premiers vers rapidement couronnés par un quatrième prix du concours de la MJC de Levallois-Perret grâce et auquel je  me suis acheté une paire de chaussures neuves.

Vous avez publié des recueils de poésie, comment se lance-t-on dans ce type d'aventure ? 

Poème : Un jour viendra, de Jean-Claude Morera

Aucun commentaire :
Découvrez ici l'interview de Jean-Claude Morera : 

AUX ENCANTATS

(Un jour viendra)

Un jour viendra, l’homme
Tout l’homme
Se dressera
Comme danse le pin sur la colline
Ses bras levés dans le ciel
Une paume caressante vers la terre aimée.

La tomate magique ou the wonder tomato !

5 commentaires :
Bonjour chers lecteurs !

Je devine déjà vos visages intrigués à la lecture de ce titre...

Regardez bien cette tomate. Quelles formes y voyez-vous ?

Notez vos réponses dans les commentaires, je suis très curieuse !



En prenant cette tomate dans mes mains j'ai vu : 

Interview : Découvrez un livre pour mieux parler et comprendre l'allemand

Aucun commentaire :
Bonjour chers lecteurs,

J'espère que votre semaine commence bien ! Connaissez-vous des langues étrangères ? 
A l'école, avez-vous appris l'anglais, l'allemand, l'espagnol ou le chinois ? 

Pour ceux qui souhaitent perfectionner leur allemand, voici un livre qui pourrait vous intéresser. 
J'ai eu le plaisir de rencontrer Bernadette Albert, son auteur, lors du dîner annuel de la ligue des optimistes.

Bonne découverte....

       Bonjour Bernadette, si vous deviez vous présenter en quelques mots ?


       J’ai fait toute ma carrière dans l’enseignement supérieur, de 25 ans à la retraite.  

 Au fil des années et de l’évolution des étudiant (e) s, mon objectif a changé pour devenir : doter mes étudiant (e)s d’outils concrets afin qu’ils maîtrisent cette langue si différente de la nôtre puisque c’est une langue casuelle (sujet = nominatif, COD = accusatif, …) tandis que le français est une langue de position (le sujet est –majoritairement – à gauche du verbe, le COD à droite : Le lion tue le chasseur. Le chasseur tue le lion).   


        D'où vient votre attachement particulier pour la langue allemande ?
        Pour cette langue si «logique » , pour ce peuple et sa civilisation avec ce « grand écart » entre le nazisme et la patrie de nombreux écrivains, musiciens, philosophes admirés dans le monde.

         Vous avez écrit : J'ai la phrase pas compris ou l'allemand ne fonctionne pas comme le français, à qui  s'adresse ce livre ?
        D’abord aux étudiants germanistes (les futurs prof d’allemand)  et de Langues Etrangères Appliquées puisque ce livre a été écrit pour leur faire comprendre très concrètement d’où venaient leurs incompréhensions d’un texte, mais aussi pour tous les étudiants des grandes écoles qui ont une épreuve de version allemande à passer, enfin à tout esprit curieux interpellé par le recours aux cas dans certaines langues (latin, allemand,.. .) : ne serait-ce vraiment qu’une complication inutile dans cet outil de communication qu’est toute langue ? 

        Dans ce livre, j'ai repris des versions données en examen, repris les "fautes" / incompréhensions et essayé d'expliquer, aussi clairement que possible, comment éviter la faute (une  lecture / application correcte de l'allemand permettant de trouver le sens correct, ce que ne permet pas une lecture "à la française" = je traduis les mots de gauche à droite).